ROLEX FASTNET RACE À BORD DE CROSSCALL

   -   2 sept. 2021

Pour sa deuxième course, le Class40 Crosscall était au départ de la mythique Rolex Fastnet, une épreuve qui réunit tous les deux ans depuis près de 100 ans, plus de 400 bateaux dans les courant de la Manche et de la mer Celtique. Plongez dans l’intimité de la course grâce à la caméra du Crosscall Sailing Team qui a suivi, à bord, notre duo de skippers, Aurelien Ducroz et David Sineau.

DEBRIEF DE LA COURSE

Après une belle première journée de brise dans plus de 30 nœuds et une première nuit à batailler le long de la côte sud anglaise dans le groupe de tête, le duo Ducroz/Sineau opte pour une option le long des îles Scilly pour rejoindre le Fastnet Rock. Une stratégie qui malheureusement ne se révèle pas à leur avantage. 

Aurélien revient sur ce passage clé de la course :  “ Nous avons fait un choix stratégique qui a coûté très cher. Le passage le long des îles Scilly a clairement été la décision qui nous a privé d’un combat avec les leaders et même pire nous a fait rétrograder au-delà de la 20ème place. La pillule a été dure à avaler mais la suite de la course a été top et a encore démontré les qualités de notre bateau et notre capacité à rebondir. »

C’est finalement en 3 jours, 12 heures et 39 minutes que le Class40 Crosscall a clôturé cette course, à la 9 ème place du classement, à seulement deux heures d’écart du podium. Une très belle remontée qui a permis au duo Ducroz/Sineau de signer le meilleur temps retour de la course (280 milles parcourus en moins de 24h).

"On signe le retour du Fastnet le plus rapide de la flotte avec plus de 280 milles parcourus en moins de 24h et un retour dans le Top 10."

Aurélien Ducroz, skipper Class40 Crosscall

QU’AVEZ VOUS VU COMME OPTION AUX SCILLY ? QUELLE ÉTAIT VOTRE STRATÉGIE À CE MOMENT ?

Aurélien : “Pour les Scilly, les routages étaient divergents. Certains faisaient passer là-bas et d’autres de l’autre côté. Nous sommes partis sur cette option car les angles de vent étaient plus favorables. Cela a malheureusement évolué dans le mauvais sens et il était trop tard pour changer. Ça a été une question de timing au final, Banque du Léman qui prend la même option en ayant quelques milles d’avance termine 2ème. Nous passons 1h derrière et on prend le courant dans les dents. Donc c’est difficile à dire mais au final je pense que la prise de risque était peut être un peu grande.”

 

QUELS APPRENTISSAGES AVEZ-VOUS TIRÉS DE CETTE NOUVELLE COURSE ?

Aurélien : “Niveau enseignements il y en a beaucoup. D’abord techniquement sur le bateau, dans sa prise en main et sa découverte, car nous avons navigué dans des conditions jamais rencontrées jusque là avec un long bord de reaching et du près dans 30 nœuds. Mais également sur nos prises de décision où il y a encore du travail. Au final, même si bien sûr le résultat ne me satisfait pas et qu’il y a de la frustration, il y a beaucoup de positif, nous sommes dans le coup. Il nous reste du boulot techniquement sur le bateau, techniquement pour nous sur l’eau, tactiquement aussi, mais nous sommes présents et seront prêts pour la Jacques Vabre.”

 

LA SUITE DU PROGRAMME

Le Crosscall Sailing Team va désormais pouvoir mettre à profit les enseignements des deux premières courses de la saison avec une phase d’entraînement à Lorient. Le Class40 Crosscall envisage de participer au Spi Ouest France début octobre en guise de répétition générale avant la Transat Jacques Vabre le 7 novembre.

Galerie photos

LA WEBSERIE DU CROSSCALL SAILING TEAM

À travers une websérie intitulée « Gagner par l’innovation et la durabilité », le Crosscall Sailing Team et Aurélien Ducroz reviennent sur toutes les étapes du projet qui les mènera à la Route du Rhum 2022.

LES PARTENAIRES DU PROJET